Magnifique propriété boisée a vendre en bloc dans la Capitale nationale

Son portrait

Description technique

  

Localisation : 15 rue Pascal, Ville de Sainte-Brigitte-de-Laval, (QC), Canada

Superficie totale approximative : 327 770 m2

Zonage : Résidences permises le long des rues Labranche et Pascal, pour le reste agro-forestier (incluant du récréotouristique)

Utilisation prédominante actuelle : Exploitation non commerciale de la forêt

Itinéraire :https://www.google.com/maps/dir/Qu%C3%A9bec/12+Chemin+Pascal,+Sainte-Brigitte-de-Laval,+QC+G0A+3K0/@46.9344214,-71.3788632,11z/data=!3m1!4b1!4m13!4m12!1m5!1m1!1s0x4cb8968a05db8893:0x8fc52d63f0e83a03!2m2!1d-71.2079809!2d46.8138783!1m5!1m1!1s0x4cb8ae14c30f7f9b:0x321e7b86982a5535!2m2!1d-71.1917509!2d47.0579467

Un peu d'histoire

  

Magnifique propriété boisée a vendre dans la Capitale nationale plus spécifiquement à sainte-brigite-de-laval constituant la dernière portion de la ferme paternelle. L’agriculture, pour les générations qui nous ont précédées, a constitué un secteur économique important à Sainte-Brigitte-de-Laval. Il s’agissait d’une agriculture diversifiée intégrant des productions végétales (céréales, fourrages et produits maraîchers) et animales (bovins laitiers, bovins de boucherie, volailles et porcs) dans un optique de production avec l’objectif principal de nourrir la famille. En plus des superficies cultivables, la ferme comprenait des lots boisés permettant d’amener des revenus supplémentaires.

À l'échelle du Québec, dans les années 1960, l’agriculture de subsistance, t-elle que pratiquée, à l’époque, à Sainte-Brigitte de-Laval a évolué vers une agriculture plus intensive et spécialisée. Sans délaisser l’agriculture de subsistance, une intensification de la production porcine s’est concrétisée à la ferme. Les activités agricoles se sont donc poursuivies en ce sens jusqu’à la fin des années 1970. Les superficies consacrées aux productions végétales et animales ont alors été vendues. Depuis, différents propriétaires lui ont donné un usage du type <fermette>

Les lots boisés faisant l’objet de la vente immobilière actuelle sont toutefois demeurés, jusqu’à leur décès, la propriété de nos parents. Leur exploitation s’y est toujours poursuivie de façon non intensive selon les méthodes ancestrales. La machinerie industrielle n’était pas la façon de faire. La scie à chaine et un cheval de trait constituaient les deux seuls outils pour abattre et transporter le bois en forêt en prévision de la vente pour du bois d’œuvre, de chauffage ou vers des usines de pâtes et papiers.  

Depuis plus de 20 ans, l’exploitation forestière est complètement s’est arrêtée en raison du décès de notre père. 



Description des lieux

  

Lot :  P-5 756 739

D’une superficie de 233 253 m2, cette portion de la propriété est constituée d’un peuplement de feuillus à prédominance d’érables. Bouleaux et merisiers y sont aussi présents. Ce type de peuplement représente environ 75 % de la superficie de cette portion de la propriété. On le retrouve surtout à partir de l’extrémité nord jusqu’au centre sud de cette partie de lot. 

L’autre 25 % de la superficie, à l’extrémité sud, est très majoritairement composée de résineux à forte prédominance de sapins. Celle-ci est longée sur toute sa largeur par la rue Pascal entretenue par la Ville de Sainte-Brigitte-de-Laval. De cette rue, le courant d’Hydro-Québec est accessible. 

Un chemin forestier est situé le long de la limite est de cette portion de la propriété. Il sera accessible aux acheteurs par droit de passage pour y accéder, à partir de la rue Pascal, sur toute sa profondeur. Plusieurs sentiers forestiers utilisés lors des exploitations forestières de jadis avec des chevaux sont encore accessible pour la marche en forêt ou avec un VTT.

Lot : 5 757 604

D’une superficie de 91 792 m2, ce lot est situé à l’intersection des rue Labranche et Pascal. Une ligne électrique d’hydro Québec est accessible sur chacune d’elles. Dans les années 1960, ce lot était majoritairement utilisé comme pâturage pour les animaux de la ferme. Au fil du temps, cet usage est disparu faisant en sorte qu’une forêt de résineux (majoritairement du sapin) a pris place sur l’ensemble de la superficie. À son extrémité sud, on y retrouve un petit ruisseau avec écoulement permanent. Un sentier accessible à la marche ou en VTT est accessible sur toute la profondeur du lot.

Lot : 5 757 375

D’une superficie de 2725 m2, ce lot est aussi situé à l’intersection des rue Labranche et Pascal. Sa particularité est d’être longée par la rivière Lépine.

Usages potentiels

EXPLOITATION FORÊSTIÈRE

  

Il y a maintenant près de 30 ans que l’exploitation forestière significative du lot : P-5 756 739 s’est arrêtée. La majeure partie du peuplement de feuillus n’a pas encore atteint un stade pouvant justifier une exploitation commerciale. Les secteurs de résineux atteindront un potentiel commercial à plus court terme. 

Pour ce qui est du lot : 5 757 604, il s’agit d’un premier peuplement de résineux qui s’est implanté naturellement suite à son arrêt d’utilisation comme pâturage dans les années 1960. Quant au lot : 5 757 375, la coupe commerciale n’y sera jamais une option.

Bref dans un horizon de court et moyen terme, un éventuel acheteur pourra tirer profit des beaux peuplements déjà bien implanté. Une visite des lieux permettra de mieux apprécier et estimer le potentiel en matière de quantité de bois à récolter ainsi que l’horizon de temps à prévoir pour le faire. Les travaux qui pourraient être réalisés conformément à plan d’aménagement forestier réalisé par un ingénieur forestier permettraient certainement d’optimiser davantage le potentiel de coupe. Ce plan d’aménagement est maintenant une obligation au niveau municipal pour pouvoir exploiter commercialement un peuplement forestier.

CONSTRUCTION RÉSIDENTIELLE

  

La construction et la vente de résidences

Pour les lots : P-5 756 739 et 5 757 604, les terrains situés le long des rues Pascal et Labranche peuvent être lotis pour un usage résidentiel. Pour ce genre de lotissement, il faut prévoir pour chaque résidence, l’aménagement d’un puit d’alimentation en eau potable ainsi qu’un système de traitement des eaux usées. Une évaluation préliminaire de la ville indique qu’il pourrait y avoir jusqu’à 7 terrains de lotis. Ces terrains peuvent avoir une superficie minimale de 4 000m2 ou 40 000 m2 selon les caractéristiques techniques des sols en places. Tout cela reste toutefois à valider par l’acheteur avec la ville de Sainte-Brigitte-de-Laval relativement à l’information à fournir pour connaître de façon précise le nombre de terrains exploitables.

Pour les superficies restantes à l'arrière, le concept de lotissement pourrait faire en sorte qu'elles deviennent la copropriété de l'ensemble des propriétaires de résidences du lotissement. Ainsi, en plus de leur propriété résidentielle, chacun aurait accès à un immense territoire forestier commun. Ensembles, les copropriétaires pourrait convenir du ou des usages communs à privilégier.

Bien sûr, l’exploitation forestière de ces superficies restantes constitue aussi une avenue intéressante à envisager.

LOTIR POUR FERMETTES

Exemple

  

Cette option constitue une alternative permettant d’ajuster la superficie et la profondeur des terrains lotis pour faire en sorte, qu’une fois lotis, les terrains couvrent l’ensemble de la superficie de la propriété à vendre. Il n’y a ainsi aucune superficie résiduelle à devoir disposer une fois un tel projet de lotissement réalisé.


Le concept de propriétés communes, tel que décrit pour l'option : Construction résidentiel, peut aussi très bien s'appliquer à l'option fermette.

MISE EN VALEUR AU NIVEAU RÉCRÉOTOURISTIQUE

  

L’historique de la propriété montre que son état naturel est toujours intact. L’engouement toujours grandissant pour la clientèle locale, nationale et même internationale pour des activités récréotouristique rend cette propriété extrêmement compatible pour l’implantation de telles activités.

Sans prétendre être exhaustif, voici des exemples de projets compatibles : centre équestre avec sentier d’excursion, centre santé en nature, ski-raquette hors-pistes, Auberge en nature, camping sauvage, etc. Cette liste peut s’allonger pratiquement sans limite selon les idées et l’ingéniosité d’investisseurs potentiels.

La superficie de la propriété permet très certainement que l’ensemble des exemples mentionnés précédemment puissent y voir le jour et s’opérer en complémentarité ce qui pourrait attirer une clientèle en grand nombre et diversifiée.

En restant près de la nature, l’élevage piscicole peut être aussi une avenue intéressante. Cette propriété pourrait être un site fort intéressant pour un membre de la Fédération des éleveurs de grands gibiers du Québec. Dans les deux cas, un aspect touristique peut y être développé en rendant accessible au public la pêche des poissons élevés ou en ayant des activités de chasse à la ferme. Au-delà de cet aspect touristique, le coté commercial pour alimenter les restaurateurs de la région de la Capitale nationale et d’ailleurs en poissons, cerfs, sanglier, Wapiti, daim et ou bisons peut aussi être exploité. 

Un site idéal à l'état naturel

SITUATION GÉOGRAPHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL EXCEPTIONNELLE

  

La localisation de cette propriété constitue son principal atout. Il s’agit d’un rare milieu, au Québec, où nous pouvons dire qu’il est dans un état naturel. La raison principale vient du fait qu’elle se situe dans le bassin versant de la rivière Montmorency. Ce bassin versant draine un territoire d’une superficie de 1 150 km2 largement dominé par la forêt (92 % du territoire). L’activité humaine, au fil du temps, n’y a donc eu que de très faible impact. 

La propriété est drainée par les rivières Lépine et Pascal qui se jette dans la rivière de l’île qui se jette elle-même dans la rivière Montmorency. La qualité de ces cours est exceptionnelle. La pêche à la truite y est possible sur l’ensemble de celles-ci et même dans tous les petits ruisseaux qui qui s’y déverse. Rare sont les endroits au Québec où cela est possible. 

Géographiquement, en amont de cette propriété, ce n’est que la forêt. Il n’y a pas d’activité humaine actuellement et il n’y a aucun potentiel à qu’un développement s’y fasse en ce sens. Donc l’état naturel des lieux est appelé à perdurer.

Pour en connaître davantage sur ce milieu de vie naturel, nous vous suggérons de prendre connaissance du : Plan directeur de l’eau de la zone Hydrique Charlevoix-Montmorency, chapitre 2, bassin versant de la rivière Montmorency (https://charlevoixmontmorency.ca/public/documents/ftp/Chap_2.pdf) ainsi que : Faits saillants 2004-2006, État de l’écosystème aquatique-Bassin versant de la rivière Montmorency, Ministère du développement durable de l’environnement et des parcs, 2007 (http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/bassinversant/bassins/montmorency/FS-Montmorency.pdf).

Malgré le milieu forestier naturel qui entoure cette propriété qui lui confère un caractère unique, elle a aussi l’avantage d’être en même temps à la porte de la ville de Québec et la région de la capitale nationale. Quelque soient les usages qu’un investisseur souhaite donner à cette propriété une vaste clientèle est à portée. Elle peut provenir des résidents de ce territoire ou encore des touristes provenant du reste du Québec et même d’ailleurs qui voudraient prolonger leur séjour dans un milieu enchanteur comme celui offert par cette propriété.

Contact

Envoyez-nous un email !

Mieux encore, venez nous voir en personne !

Nous nous ferons un plaisir de vous faire visiter les lieux et vous en faire découvrir tous ces attraits en nous contactant par courriel ou par téléphone : 418 825 3495


René, Lucie, Michel, Francine et Pierre

Vente terre à bois